Qualitot
Bienvenue !

Sur les terres qui entourent cette forêt magique qu'est Qualitot, les gens sont divisés en trois groupes. Les Notots, les Totemisés et les Redds. Le premier groupe vit au village et considère a totemisation comme un acte dangereux, le second prend plutôt cette cérémonie comme un rituel de bienvenue et se cache dans la forêt, et le dernier rassemble tous les rejetés de cette forêt.

Quel groupe rejoindrez-vous ?


Notot ou Totemisé ? On ne rentre pas dans la forêt de Qualitot sans répondre à cette question. Quel camp choisirez-vous ?
 

Partagez | 
 

 Springer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Messages : 34
Date d'inscription : 16/08/2014
Age : 17

A mon sujet...
Description du totem - de l'arme:
Points de vie:
300/300  (300/300)
Expérience:
0/400  (0/400)
MessageSujet: Springer   Ven 17 Oct - 18:51


Springer

¤TOTEM¤ Springer

¤PRÉNOM¤ Emilie

¤SEXE¤ Féminin

¤ÂGE¤ 16 ans

¤APPEL¤ Balayage du bras droit suivi d'un claquement de doigt.

¤NOM DE L'ANIMAL¤ Kage ou Kaze, il a hérité des deux noms parce que Springer ne savait pas lequel choisir. Comme les deux noms se ressemblent relativement, il n'a aucun mal à reconnaître son identité. (Prononcer "Kagué" ou "Kazé")

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

¤PHYSIQUE¤

Springer a des cheveux bruns et courts, et des yeux bleus. Elle porte un pantalon droit noir et un T-shirt simple à courtes manches, de couleur blanche. Elle possède une sorte de harnais qui passe derrière son dos et autour de ses bras. Mais on ne le voit pas toujours car elle porte un gilet brun foncé sans manches par dessus. Elle le laisse généralement ouvert. Elle possède une mitaine avec seulement un pouce et un petit doigt qu'elle porte toujours à la main droite et une autre mitaine plus longue qui lui arrive jusqu'au-dessus du coude gauche. Elles sont toutes les deux noires ou brun foncé. Comme chaussures, Springer porte de simples chaussures brunes à lacets et au bout blanc qui ne dépassent pas ses chevilles. Sur son visage, elle porte une sorte de maquillage brun assez discret qui imite les marques faciales de son totem.

❝ Tire un trait sur ce qui tente de te faire tomber. ❞


Mon caractère


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Springer est dynamique mais sait rester calme lorsque la situation est sérieuse. Elle maîtrise l'ironie du bout de la langue et peut se montrer blessante par quelques mots bien choisis. Elle a toujours envie d'en apprendre plus sur le monde qui l'entoure et a une très bonne mémoire. Elle n'a pas peur de parler aux gens qu'elle ne connaît pas. Si quelqu'un lui fait une remarque moqueuse ou déplaisante, elle sait l'ignorer et passer à côté. Et si, par malheur, une personne ose continuer à la provoquer, elle répondra par les mains et, attention, ça peut faire très mal. Springer n'est pas frileuse, elle se baladera sans manches longues par tous les temps. Elle n'a pas le vertige, non plus, mais seulement quand elle sait qu'elle peut faire demi-tour où qu'elle n'est pas coincée. En effet, elle préférerait être suspendue dans le vide par une corde qu'être coincée sur une branche d'arbre sans pouvoir bouger. Elle est plutôt rapide et endurante, mais jamais les deux à la fois ! Elle se comporte de manière assez "je-m'en-foutiste" et garçonne, mais elle sait se montrer calme et douce quand les circonstances appellent à la compréhension féminine. Elle est plutôt relax et ne se tracasse jamais pour des futilités. Elle aime grimper aux arbres pour le simple plaisir d'être en hauteur.





Mon histoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Est-ce qu'on naît Totemisé ? Pourquoi est-ce que je ne connais pas mes parents ? Pourquoi m'ont-ils abandonée ? Ils ne m'aimaient pas ? Ou bien, est-ce qu'ils étaient..."

Emilie se réveille en sursaut. Les mêmes questions tournent dans sa tête dès que le sommeil la menace, et ce depuis son souvenir le plus lointain. Elle n'a que 8 ans, mais elle a l'impression d'avoir déjà vécu beaucoup trop longtemps. Elle se lève dans le noir de sa petite chambre et saisit une bougie dans un tiroir du bureau en chêne brut. C'est le seul éclairage dont elle dispose en ce lieu. Les instructeurs ont décidé qu'elle n'aurait pas de lampe de chevet comme tous les autres. Elle ramasse une des allumettes qu'elle a cachées sous son lit et allume la mèche en regardant la cire fondre petit à petit. Elle attrape sa mitaine pour ne pas se brûler et sort de la pièce. Le couloir est noir comme les ténèbres et le parquet ciré de l'Académie est glacé, comme en chaque fin d'automne, mais Emilie y est habituée. Cela fait maintenant 6 ans qu'elle arpente les couloirs la nuit, dès que ses questions la réveillent. Et, comme chaque nuit depuis 6 ans, elle se rend en silence jusqu'à la bibliothèque. A la lumière de sa chandelle, elle passe en revue deux ou trois livres dont la tranche lui parait jolie, attirante. Elle finit par tomber sur un titre qu'elle trouve accrocheur : "La chimie simplifiée". Elle se hisse sur la pointe des pieds pour attraper l'ouvrage et va s'asseoir à un pupitre pour lire. Et, tout en lisant, elle se souvient...
"J'avais deux ans, je regardais le coloriage.
J'avais quatre ans, je comprenais les images.
J'avais six ans, je lisais les pages.
J'ai huit ans, j'ai commencé mon apprentissage."
La petite chanson sonne dans sa tête de manière si enfantine... Personne ne pourrait se douter qu'elle sait autant de choses qu'un élève de l'Académie. En 6 ans, elle a dévoré plus de la moitié de la bibliothèque qui contient 3584 livres, soit environ un livre par nuit. Elle en a appris suffisamment pour comprendre ce que les instructeurs tentaient de lui expliquer avec des mots simples en pensant qu'elle avait la culture habituelle d'une enfant de 8 ans. Elle cache son jeu, de peur qu'ils ne ferment sa chambre la nuit pour l'empêcher de se lever. Personne ne lui parle beaucoup dans le village. La plupart des Notots ne lui font aucune faveur et manquent de confiance en elle. C'est comme ça depuis qu'ils l'ont trouvée, et c'est pour ça qu'elle vit dans l'Académie, parce que personne n'a voulu l'adopter. Ce sont les instructeurs qui le lui ont dit... Ils sont les seuls à avoir accepté de l'héberger, espérant peut-être faire d'elle l'une des leurs. En attendant, elle n'a pas l'âge d'étudier à l'Académie et passe son temps à traîner dans les couloirs, quand personne d'autre n'y est. Il ne faudrait pas qu'elle dérange les étudiants ! C'est parce qu'elle n'a encore que 8 ans qu'elle est fière de savoir lire et de connaître tant de choses. Les enfants Notots apprennent leurs premières leçons de base chez leurs parents et viennent à l'Académie vers 10 ans. Elle, ce sont les instructeurs qui lui ont appris à lire et qui se sont partagé les leçons de mathémathiques et de géographie. Le reste, elle l'a lu dans les livres.

Elle refeme son livre, le sourire aux lèvres et, retraversant le couloir sombre, elle répète dans sa tête "Une molécule peut être composée de corps purs ou de corps composés. Elle est composée d'un ou plusieurs atomes. Un atome est composé de protons et d'électrons. Il a aussi des nucléons...". Récitant ainsi sa leçon, elle finit par arriver à la porte de sa chambre. Elle s'enfuit sous l'épaisse couverture du grand lit en ébène et souffle sur sa bougie. Mais elle ne s'endort pas. Elle a peur des questions. Elle sait qu'elle n'est pas d'ici. Mais elle n'est pourtant pas Totemisée. Alors d'où vient-elle ? Pourquoi tout le monde la regarde de travers dans le village ? Elle est Notote, comme tout le monde !
"Maître Degual et Maître Aimont disent qu'on ne naît pas mauvais, on le devient. Je ne peux pas être Totemisée..."
Maître Degual et Maître Aimont sont bien les seuls instructeurs qui la regardent avec un minimum de pitié et de sympathie... Les autres ne voient en elle qu'une créature étrangère qu'il faut éviter. Emilie ferme les yeux et laisse couler une larme. Elle aimerait tellement être comme les autres...


"Vous savez bien que ses parents sont quelque part, pas loin !"
Quoi ? La voix de Maître Degual ?
"Bien sûr que non ! Elle n'a pas de parents ! Comme tous les enfants semblables à elle !"
Plusieurs voix qui parlent, des villageois sûrement...
"Par pitié, ne me dites pas qu'il faut vous réexpliquer le processus de procréation... Vous avez passé l'âge. Vous savez tout comme moi qu'un enfant ne peut pas ne pas avoir de parents !"
Et Maître Aimont maintenant...

Emilie repasse la conversation en boucle dans sa tête depuis ce matin. Elle aura 10 ans dans trois jours et, hier, elle est encore allée dans la bibliothèque pendant la nuit. Elle préfère lire encore un maximum dans cet endroit seule avant de s'y retrouver avec des étudiants inconnus. Mais, en passant devant la porte du bureau principal après avoir lu deux livres traitant de l'histoire du village, elle a entendu ces bribes de conversation. Elle n'a pas osé écouter plus. Premièrement parce que Maître Degual et Maître Aimont lui ont appris à ne pas être fouineuse, deuxièmement parce qu'elle ne voulait pas savoir de qui ils parlaient, bien que la réponse soit évidente... Elle a compris depuis quelques mois. Elle sait que ses parents l'ont laissée devant l'Eglise comme beaucoup d'autres parce qu'ils ne pouvaient pas la garder dans la forêt.
"Je sais qu'ils sont Totemisés, mais qu'est-ce que ça peut leur faire, à eux tous ?"
Il est près de 14h et la neige tombe toujours. Les flocons ont commencé leur chute avant qu'Emilie ne se réveille mais la pellicule blanche qui recouvre le sol est tout juste assez épaisse pour ne plus laisser voir le gris des galets qui jonchent l'entrée spacieuse de l'Académie. Emilie aime bien la neige d'avril, mais elle préfère celle d'hiver, celle dans laquelle on peut se cacher, celle avec laquelle on peut faire des batailles de boules de neige, celle qui les rend heureux, elle et ses deux instructeurs désormais attitrés. Elle ne s'est jamais autant amusée que lors du dernier mois de décembre, lorsqu'elle a lancé une boule de neige qui a atterri sur Maître Aimont. Elle s'attendait à des remontrances mais, au lieu de ça, Maître Degual s'est avancé devant elle et l'a imitée en bombardant son collègue. Emilie avait ri, tout comme les deux instructeurs, et la bataille avait vite pris de l'ampleur. Maître Aimont, d'abord attaqué de deux côtés, avait fini par s'allier à Maître Degual. Emilie avait alors eu la bonne idée de se cacher derrière un arbre pour éviter la moitié des boules de neige. Après avoir atteint plusieurs fois Maître Degual à la place de son élève, Maître Aimont s'était fait un nouvel adversaire et s'était retrouvé seul contre deux avant de se rallier à Emilie. La bataille avait pris fin lorsque les deux instructeurs avaient déclaré forfait.
Tout en repensant à ce souvenir et en écoutant le bruit des galets givrés sous ses pieds, Emilie retourne les questions dans sa tête. Elles ne lui font plus peur, ces questions. Elle les retourne juste parce que ça lui permet de passer le temps et de réfléchir à ses origines. Elle sait que ses parents sont Totemisés. Donc ils sont dans la forêt...

"Maître Aimont ?"
"Oui ?"
"Maître Degual n'est pas encore rentré ?"
"Non, Emilie. Il rentre de réunion dans environ une demi-heure. Qu'est-ce qu'il y a ? Tu devais lui demander quelque chose en particulier ? Tu sais que, si c'est une question de culture ou d'histoire, tu peux me la poser. J'essaierai d'y répondre du mieux que je peux..."
"Non, ce n'est pas ça."
"Alors ?"
"Dites-lui de ma part que je l'aime énormément."
"Je ferai passer le message. C'est tout ?"
"... Non. Vous aussi, je vous aime beaucoup. Je ne veux pas vous faire de peine, Maître Aimont. Je ne veux pas non plus briser toute l'estime que vous avez placée en moi, vous comme Maître Degual."
"Pourquoi dis-tu ça, Emilie ?"

Emilie secoue la tête. Le dernier bon moment passé avec Maître Aimont et Maître Degual réunis remonte à une semaine, jour de ses 10 ans. Depuis, elle ne les a plus vu l'un avec l'autre. Et pourtant, qu'est-ce que ça l'aurait arrangée de les voir tous les deux ensemble une dernière fois ! Elle a trouvé Maître Aimont en début de matinée, mais il était occupé et elle a donc préféré le laisser un moment. Elle était alors tombée sur Maître Degual mais qui, malheureusement, se rendait à une réunion avec d'autres instructeurs. En parlant à Maître Aimont, elle a donc ressenti un pincement au coeur... Elle regarde son instructeur. Elle fait mine de le saluer et tourne le dos. Arrivée au pas de la porte, percevant l'interrogation de Maître Aimont, elle tourne à peine la tête et se contente de prononcer quelques mots.
"Je veux être un feu d'artifice, Maître Aimont : je veux exploser et ne blesser personne, juste laisser une belle image."

Sur ces mots, elle ferme la porte doucement derrière elle et va dans sa chambre. En traversant le couloir, elle se souvient. Elle se souvient du froid d'hiver, du cirage tout frais du parquet, des craquements que certaines planches faisaient quand elle s'appuyait dessus, du reflet de la flamme de sa bougie sur les murs et sur les tableaux qui y étaient accrochés... Elle ne verra bientôt plus tout ça. Ou alors, plus légalement... Elle entre dans la pièce que les instructeurs lui ont dédiée il y a un peu plus de 10 ans et s'adosse au mur beige. Sans bouger, elle détaille sa chambre. Le bureau massif en chêne brut qui lui semblait autrefois si grand... Le lit au matelas épais dont la couverture bleu ciel a été recouverte d'un plaid noir pour l'hiver... Le miroir triangulaire que Maître Degual a accroché au mur pour ses 6 ans et qu'elle a décoré d'un cadre vert pâle... La commode en érable sur laquelle elle imaginait une lampe de chevet le soir... L'étagère sur laquelle sont posés cinq livres que Maître Aimont et Maître Degual lui ont offert pour ses 9 ans... Elle s'attarde sur les livres. "Je suis dans le vrai", un livre d'histoire, romancé, qu'elle n'a pas aimé autant que les autres parce qu'ils passait sous silence certains détails importants dans l'histoire du village et de la forêt. "Mirage", un journal, romancé également, qui relatait la vie d'un Notot parti vivre aux abords de la forêt pendant trois mois. Emilie l'a apprécié à sa juste valeur parce qu'il était bien écrit et qu'il ne cachait rien, mais elle trouvait inutile de n'avoir vécu l'expérience que trois mois... "Lleis, un mot sans égal", le répertoire des lois Lleis ainsi que de leur histoire, un livre qu'elle a étudié par coeur mais qu'elle trouvait ennuyeux à lire, faute d'action ou de personnages... "J'ai grandit du bon côté" racontait la vie d'un Notot parfait qui avait vécu un vie parfaite chez des parents parfaits dans une maison parfaite et qui avait fait une scolarité parfaite. Emilie n'a pas aimé ce livre. Comme s'il y avait vraiment un "bon côté"... Et enfin, "Redds". Ce livre était le préféré d'Emilie parmi les cinq. Elle passe ses doigts sur la couverture poussiéreuse. La reliure est dorée et le cuir est d'un ton violacé. Elle ne savait pas qu'il existait des gens appelés "Redds" avant de lire ce livre. Maître Degual lui avait dit de le cacher, mais elle l'avait laissé sur l'étagère comme tous les autres. Elle se demande pourquoi il lui avait donné un tel conseil. Les Redds sont décris comme des criminels dans ce livres, mais, étant un livre Notot, ce n'est pas étonnant. Pourtant, ils semblent différents des Totemisés. Emilie a commencé à réfléchir plus profondément à ses origines quand elle a lu ce livre pour la première fois.
"J'y vais."
Elle ouvre le livre à la page 188 et s'entaille le pouce avec un bout de verre trouvé dehors. Elle presse un peu son doigt pour faire apparaître une bulle de sang et entoure un nom sur la page. Elle le laisse ouvert sur son lit et sort de la chambre en laissant la porte ouverte derrière elle. ...

"Ah, tu tombes bien Degual !"
"Hmm... Pourquoi ?"
"Emilie m'a laissé un message pour toi..."

Des pas résonnent dans le couloir, ils sont deux. C'est la première fois depuis une semaine. Ils entrent dans la chambre en respirant bruyamment. La porte n'était pas fermée, c'est mauvais signe. Ils détaillent la pièce. Le bureau, la commode, l'étagère. Tiens, il y manque un livre. Le lit... Il est là, le livre. Il est ouvert et, dessus, il y a un rond rouge épais...

"Oh non..."
"Degual. Elle m'a dit qu'elle voulait être un feu d'artifice. Exploser sans nous faire mal, juste laisser une belle image."
"Alors, c'était ça..."

...

"Alors ? Notot ou Totemisé ? Je te l'répéterai pas trois fois !"
"Je l'ai déjà dit, je suis les deux."
"Mais ouais, c'est ça ! Et moi, j'suis l'gars qui vit au château... J'te l'demande une dernière fois : Notot ou Tote..."
"LES DEUX ! Je suis les deux !"
"Bon, explique-toi. Si tu bluff, je l'saurai. Ok ?"
"Je suis censée être Notote. Sauf qu'on est Notot parce qu'on ignore l'identité de nos parents Totemisés. Or moi, je sais."
"Hmm... Dis..."
"Je suis la fille d'Irbis."
"Comment tu peux savoir ça ?"
"Je l'ai lu dans un livre..."

Il ne dit rien, il se contente de la regarder de haut, comme depuis qu'il l'a interceptée. Il fait mine de mâchonner quelque chose puis lui fait signe de le suivre. Ils arrivent tous les deux à un endroit où s'activent plusieurs personnes. Sûrement des Totemisés... Il siffle et tout le monde cesse son activité pour le regarder attentivement.
"Les gars, j'amène une future Totemisée !"
Un autre s'approche de lui et le toise d'un air mécontent.
"Et toi tu l'amènes comme ça, tranquille ? Tu fais quoi si elle se barre avant d'être Tot' ? Hein ? Elle pourrait tout balancer aux Notots !"
"Nan, y a pas d'risques."
"Ah ouais ?"
"Ouais."
"Pfff... Ok. Bon, on y va les gars ! On a une fille à tTotemiser !"
Il la lâche et la regarde s'éloigner avec les autres. Avant de ne plus les voir, il siffle à nouveau. Cette fois, plus personne de s'arrête, mais le garçon qui lui a adressé la parole se retourne tout en marchant. Il lui crie une dernière chose.
"Allez-y franco ! C'est la fille d'Irbis..."
Un signe de tête et l'information est passée...

...

"A... alors ?"
"Ton totem sera Springer."





Mon totem


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Le springer est un chien de chasse anglais de la famille de l'épagneul. Il ressemble assez fort à son cousin mais est plus haut sur patte et ses poils sont plus longs, tout comme ses oreilles. Il est généralement blanc taché de brun ou de noir. Ses yeux sont ronds et foncés, la plupart du temps. Robuste et équilibré, d'aspect compact et musclé, ce chien n'en est pas moins très élégant.
Le springer est un chien fidèle, rapide, vif, joueur, curieux, hardi et courageux. Il a besoin de courir, de se défouler. Besoin d'extérieur. Sans espace, il est difficile à dresser car dissipé. En plus d'être employé comme chien de chasse, le springer est parfois aussi utilisé comme "chien d'eau" car il sait bien nager.




Mon égocentrisme en vrai





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
¤PSEUDO¤ Milou

¤ÂGE¤ 16 ans

¤DATE D'ANNIVERSAIRE¤ 14 avril (1999 pour la naissance)

¤NATIONALITɤ BELGE !!!!!!!!!!!!!!!! 8D

¤COMMENT AS-TU ATTERRI SUR CE FORUM ?¤ Je crois que je l'ai créé, si mes souvenirs sont bons.

¤SERAS-TU ACTIF ?¤ Ben ouai !

¤CODES DU RÈGLEMENT¤




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

UNE IMAGE DE PLUS ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://qualitot.forumgratuit.be
 
Springer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WHISKY BB MALE SPRINGER 6 MOIS CSCA BEZIERS (34)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Qualitot :: Premiers pas :: Présentations :: Persos validés :: Totemisés-
Sauter vers: